L’alya n’immunise pas contre
les accidents de la vie.

L’alya n’immunise pas contre
les accidents de la vie.

La réussite familiale, professionnelle et sociale des Olim Francophone, pour laquelle se bat Qualita depuis sa création, peut parfois se heurter à des accidents de la vie qui privent les familles de ressources financières suffisantes et les entrainent dans la spirale de la précarité.

Marc Eisenberg, président de Qualita, a lancé Israël-Tsedaka-by-Qualita pour venir en aide à ces familles grâce à un fonds d’urgence.

Une grande campagne unitaire de collecte de dons est prévue 21 février 2021, à quelques jours de Pourim, et rassemblera des dizaines d’associations et de bénévoles dans tout le pays. Elle sera particulièrement destinée cette année aux familles touchées économiquement par les conséquences du Covid.

La réussite familiale, professionnelle et sociale des Olim Francophone, pour laquelle se bat Qualita depuis sa création, peut parfois se heurter à des accidents de la vie qui privent les familles de ressources financières suffisantes et les entrainent dans la spirale de la précarité.

Marc Eisenberg, président de Qualita, a lancé Israël-Tsedaka-by-Qualita pour venir en aide à ces familles grâce à un fonds d’urgence.

Une grande campagne unitaire de collecte de dons est prévue 21 février 2021, à quelques jours de Pourim, et rassemblera des dizaines d’associations et de bénévoles dans tout le pays. Elle sera particulièrement destinée cette année aux familles touchées économiquement par les conséquences du Covid.

POURQUOI AVOIR LANCE ISRAËL TSEDAKA BY QUALITA, EN MARS 2020 ?

Marc Eisenberg : A l’heure où le monde entier ferme ses frontières, l’Etat d’Israël est le seul à continuer d’investir dans l’intégration des nouveaux immigrants. Pourtant nous avions identifié, avec nos partenaires municipaux et du ministère des Affaires sociales, que plus de 1000 familles francophones en Israël se trouvent dans une situation de précarité. Des familles qui, fraîchement arrivées dans le pays et sans la maîtrise de la langue, ne savent pas vers qui se tourner pour demander de l’aide.
Dès la création de Qualita, nous avions aussi relevé que les problèmes sociaux faisaient partie intégrante des difficultés rencontrées. Pour certains, ces difficultés préexistaient en France. Pour d’autres, des petits obstacles successifs ont entrainé des situations d’urgence. Un remboursement maladie qui n’arrive pas, un litige avec un propriétaire qui s’envenime, ou bien encore une séparation, un licenciement… Des situations dont on pourrait se relever avec un réseau social et un moral solide, mais qui peuvent être amplifiées dans un pays dont on ne maitrise pas encore bien le fonctionnement.

LA CAMPAGNE DE 2020 A PERMIS DE COLLECTER 6 320 000 SHEKELS ET LA MOBILISATION A ETE UNIQUE. COMMENT AVEZ-VOUS UTILISE CET ARGENT ?

Marc Eisenberg :Effectivement, la mobilisation dans tout Israël, mais aussi en France, a été exceptionnelle et je tiens à remercier tous les donateurs du plus petit aux plus grands, et notamment ceux ont « matché » et doublé les sommes obtenues. Je remercie également les dizaines d’associations, Institutions, Municipalités, Fondations, qui se sont associés à cette opération de grande ampleur.
Concrètement, nous avons aidé plus 900 familles, c’est-à-dire près de 5000 personnes, en remettant des bons alimentaires de 500 shekels en moyenne par mois et pour une période de 12 mois. Certaines familles en très grande difficultés ont parfois reçu 9000 shekels par an selon nos critères d’attribution. Nous avons pu également aider des soldats francophones isolés, des étudiants et soutenir des opérations pour des enfants ou lors des fêtes juives.
Cette opération solidaire a été possible grâce aux relais des nombreuses associations de terrain dans les villes, les services sociaux des mairies, ceux de Jérusalem, Netanya et Ashdod en particulier, et aussi grâce aux bénévoles.
Nous avons également travaillé main dans la main avec le Consulat Général de France pour aider les familles plus particulièrement touchées par le Covid.

MICHEL NAKACHE, VOUS AVEZ PILOTE CETTE OPERATION. COMMENT AVEZ-VOUS PROCEDE POUR ALLOUER L’AIDE AUX FAMILLES ?

Michel Nakache : Pour réaliser cette opération nous nous sommes appuyés sur 10 associations présentes dans les villes et les quartiers, et qui connaissent personnellement les familles. Mais aussi sur un Guichet Social créé en septembre 2020 au sein de Qualita, qui suit avec des bénévoles près de 300 familles dans tout le pays qui ont demandé directement de l’aide à Qualita.
La demande d’aide est faite par la famille sous forme d’un questionnaire électronique assez détaillé sur sa situation en joignant également les justificatifs demandés
Pour prendre les décisions des Comités Locaux d’Action Sociale ont été mis en place dans les villes et avec les associations (souvent par zoom) réunissant si possible les services sociaux. Un barème rigoureux basé sur le « Quotient Familial » a été élaboré. Pour chaque dossier, une aide de 250, 500 ou 750 sh /mois pendant six mois renouvelables a été accordée. Les bons alimentaires de la chaine Rami Levy était fournis par Qualita aux associations qui les remettaient en main propre aux familles chaque mois en créant au passage un lien social et une écoute particulièrement nécessaire.
900 familles ont été aidées en moyenne à 520 sh/mois et quelques dizaines seulement ne justifiaient pas d’une aide. Partout, les familles ont reçu de l’aide rapidement.

MICHEL NAKACHE, QUELS CONSTATS FAITES VOUS DE CETTE PREMIERE OPERATION ?

Michel Nakache : Tout d’abord, une grande leçon d’humilité et de compassion face à la détresse de certaines familles. Nous nous sommes retrouvés face à une dure réalité, celle de l’urgence absolue de venir en aide, la plupart du temps sur le plan alimentaire.
Plus de 1000 formulaires ont été reçus et nous savons qu’au moins le double aurait dû nous parvenir… Car les olims francophones peuvent ressentir une certaine gêne à l’idée de demander de l’aide, surtout alimentaire.
Plus de 50 % des demandes ont été faites par des olims de moins de 5 ans et près de 70 % par ceux de moins de dix ans d’alyah.
Le Covid 19 a été pour beaucoup dans ces « nouveaux pauvres » puisque 35 % des familles aidées ont subi des pertes d’emploi ou de revenus peut être plus fortement que ceux nés en Israel : les familles mono parentales (souvent des femmes avec enfants sans pension et sans emploi) représentent plus de 25 % des demandes. Près 30 % des demandes sont issues des « travailleurs pauvres » dont les revenus du couple ne suffisent plus pour les besoins élémentaires.
Les jeunes, étudiants & jeunes couples, qui ont perdu leur « petits jobs » à cause du Covid se sont également tournés vers cette aide d’urgence. Enfin, de nombreux retraités, souvent récemment installés en Israël, ont du mal à vivre avec leur faible retraite de France.
Les enjeux sociaux, économiques et psychologiques sont énormes et nous allons nous atteler désormais à aider toutes ses familles avec tous les moyens possibles pour les sortir de la spirale de la dépendance.

LA CAMPAGNE DE TSEDAKA 2021

Marc Eisenberg : Notre nouvelle collecte du 21 février 2021 est indispensable et plus que jamais nécessaire. Nous avons évalué le besoin moyen des familles à au moins 800 shekels par mois soit près de 10 000 shekels par an (2600 euros) C’est plus qu’en 2020 ! Et notre aide sera plus adaptée à certaines réalités, à certaines catégories sociales.
Les jeunes et les soldats isolés doivent être une de nos priorités car nous devons nous considérer en partie responsable de leur avenir ici, en Israël.
L’aide alimentaire ne sera pas suffisante et c’est pourquoi tous les services de Qualita seront mobilisés pour aider ces familles en priorité : 150 de ces familles auront un suivi Emploi adapté, une aide continue dans la gestion de leur budget familial, des soutiens scolaires aux enfants par nos bénévoles, des soutiens psychologiques et des aides pour l’obtention de droits .
Le 21 février prochain chacun pourra accomplir la mitzva de Pourim (Matanot Laeviyonim) et chaque don sera essentiel !
Unissons-nous autour de cette grande cause parce que, comme le dit Emmanuel Levinas, « le moi devant autrui est infiniment responsable ». Nous ne pouvons rester les bras croisés.

Chacun a le devoir de donner à quelqu’un de beaucoup moins chanceux que lui.

Chacun a le devoir de donner à quelqu’un de beaucoup moins chanceux que lui.

Soutenir les actions d’Israël Tsedaka

Faire un don

Soutenir les actions d’Israël Tsedaka

Faire un don

Créée en juin 2015, Qualita regroupe plus de 60 associations membres dont elle finance en partie les projets qui apportent des réponses efficaces aux besoins spécifiques des olim francophones. L’organisation a également mis en place, en propre, plusieurs activités importantes qui ont séduit les mairies de Jérusalem, Tel Aviv et Netanya ainsi que le ministère de l’Intégration, devenus des partenaires stratégiques : Les Hubs Emploi de Jérusalem et de Tel Aviv, une radio web en français Studio Qualita pour des news, chroniques et conseils pratiques pour olim, Qualitime, une plateforme de bénévolat et d’entraide entre anciens et nouveaux olim et plus récemment Israel Tsédaka by Qualita pour les familles nécessiteuses olim francophones.